Notre association couvre les treize communes du Royans: Saint-Jean, Saint-Martin-le-Colonel, Bouvante, Oriol, Léoncel, Le Chaffal, Saint-Laurent, Sainte-Eulalie, Echevis, Saint-Thomas, La Motte-Fanjas, Saint-Nazaire, Rochechinard.

 

1. La Reculée de Combe Laval

Nous participons au projet de mise en valeur touristique des routes vertigineuses du Vercors (sites des grands Goulets et Combe-Laval). Une mission d'inspection a été diligentée sur le terrain les 9 et 10 octobre 2017. Les deux inspecteurs généraux, Jean-Marc Boyer et Thierry Boisseaux ont auditionné le projet, ses porteurs et ses acteurs. Ce projet fédérateur sera poursuivi par le département de la Drôme dès que le rapport définitif des inspecteurs généraux aura été réceptionné.

(Pour l'ensemble de ce site, voir dans nos publications, "Combe Laval retour aux sources"; voir égélement la maquette réalisée par l'association visible à la mairie de Saint-Jean -en -Royans)

 

1.1. LA ROUTE FORESTIERE IMPERIALE DE COMBE LAVAL, 

la route oubliée

 
De récentes recherches ont permis de découvrir que le chemin  des chartreux était, en fait, les restes de la première route de Combe Laval construite en 1805-1807.
A cette occasion ont été creusés deux tunnels appelés à tort tunnels des moines et a été érigé un pont sur le Cholet que la tradition populaire a attribué aux Chartreux, parfois en le datant du XI° siècle alors que ceux-ci n'étaient pas encore installés au Val Sainte Marie de Bouvante.
Cette carte postale prétend que le pont a été construit par les Chartreux au XIème siècle ! (collection D.B)
 
Les sources :
Ces découvertes sont le fait de Michel Wullschlegger et Raymond Holyst et ont été consignées, avec force détails, dans le Cahier de Léoncel n°22 édité par l'association Les Amis de Léoncel.
La brochure Combe Laval, Histoire d'une reculée célèbre et méconnue, de l'association Royans d'Hier et d'Aujourd'hui, sous la plume de Marie-Thérèse Gauthier, reprend cette révélation importante.
Enfin, Danielle Blanc-Bérard et Christian Maurel, au travers de leur livre "les Forges Saint-Laurent-en-Royans", également édité par l'association Royans d'Hier et d'Aujourd'hui, apportent leur contribution à cette découverte grâce à leurs recherches, côté Forges cette fois. En effet les travaux de construction de la route ont été menés par la société propriétaire des Forges : la Compagnie Ling. 
 

Les faits 

En résumé, la construction de cette route, proposée par la Compagnie Ling (association de MM. Ling,Thierry, Bérard) qui s'installe aux Forges en 1804, a pour but d'approvisonner celles-ci en charbon de bois en grande quantité en rapport avec les ambitions des nouveaux propriétaires des Forges. Les Eaux et Forêts y voient l'opportunité d'acheminer les grumes de bois de la forêt de Lente vers l'Isère et les ports de Marseille et Toulon, ce qui, jusque là, était pratiquement impossible faute de l'existence de cheminements. Une adjudication est faite au profit de la Compagnie Ling et l'autorisation est donnée par décret de Napoléon 1er, d'où le qualificatif "impériale" affecté à cette route.
La route part du coeur de la Forêt de Lente et doit rejoindre l'Isère au Port de Rochebrune. Les travaux pour descendre du Col de la Machine jusqu'aux Forges s'avèrent titanesques. Les quatre kilomètres de descente d'une route de 4 mètres de largeur, imposent le percement de deux tunnels, des ponts renversés, des murs de soutènement jusqu'à 7 mètres de hauteur, un pavage et la construction d'un pont sur le Cholet nommé alors sur les plans pont sur le Cholet ou pont forestier.
                                                        
Le plan de la route forestière impériale (pointillés) - Dessin de M. Wullschlegger et R. Holyst
 

Ce qu'il reste de la route oubliée

Victime des éboulements, des difficultés d'entretien, de contestations de responsabilité, la route, pour sa partie traversant la Combe, sera assez vite abandonnée ce d'autant que le haut fourneau des Forges, gros consommateur de charbon de bois, est arrêté. 
La route de 1896, route actuelle de Combe Laval, qui contourne les falaises de la Combe, récupérera les deux tunnels. Mais suite à des éboulements, ils seront abandonnés. Actuellement, la route impériale, devenue le chemin des Chartreux par on ne sait quel subterfuge, est inaccessible dans sa partie haute. De cette aventure, seuls demeurent un tunnel, appelé curieusement tunnel des Moines, et le pont du Cholet attribué aux Chartreux ! On peut encore admirer en maint endroit les murs de soutènement.
Il reste donc l'histoire rectifiée grâce à ces découvertes qui permettent de rendre à César ce qui lui appartient, de sortir de l'oubli une part de notre histoire et de perpétuer le souvenir de ces hommes qui ont conçu et réalisé une route spectaculaire, dans des conditions extrêmement difficiles. 
A divers endroits on peut admirer les vestiges de la route forestière impériale, appelée aussi "grand chemin de lente". Il serait intéressant d'aménager quelque "regard" pour admirer l'ouvrage d'une route qui, rappelons-le, était faite pour descendre de la forêt (grumes, charbon de bois) et non pour y monter. 
Les deux routes : horizontale, le route de 1896, au dessous, à peine visible, en pente régulière 
la route forestière impériale (1805-1807) (photo CM)
 
la route forestière impériale de 1805-1807, baptisée à tort chemin des chartreux (photo CM)
 
 
l'ancienne route forestière reprise dans la contruction de 1896 puis abandonnée suite à un éboulement et l'accès au tunnel dit des Moines (1805-1807), côté nord. Remarquer au centre, en contre-bas, un mur de soutènement (photo CM)

2.La Chartreuse  du Val Sainte-Marie à Bouvante

Le monastère du Val Sainte-Marie, ordre des Chartreux, a été fondé en 1144. Suite aux donations des Dauphins, des familles nobles du Royans et d'aquisitions diverses, son territoire s'étendait sur le périmètre actuel de la commune de Bouvante (environ 8800ha). La communauté a acquis d'importants biens aux alentours: Choranche, Montélier, Pont-en-Royans,  Romans-sur-Isère. Les guerres de religions du XVI siècle ont failli la faire disparaître, mais elle s'est reconstituée au XVII et XVIII siècles. La révolution a dissous le monastère qui a été vendu comme bien national en 1792. Il ne reste plus aujourd'hui que les ruines de la maison haute. La maison basse ou Courrerie a été mieux conservée et restaurée par les proprietaires.

Une maquette de la maison fidèle à son état du XVII siècle a été réalisée à l'initiative de notre association. Elle est visible à l'église de Saint-Jean-en-Royans.

De nombreux vestiges existent dans le Royans: Le portail de l'église de Saint-Martin-le-Colonel et la fenêtre gothique qui le surplombe, l'autel de l'église de Saint-Jean-en-Royans ainsi que les boiseries.

Voir nos publications : "tricentenaire de la création des boiseries de l'église de Saint-Jean-en-Royans" en 2010.

 
Les Boiseries de l'Eglise de Saint-Jean-en-Royans
 et les dessins de Liliane Padoy-Chevreau

 

L'ARHA est heureuse de vous présenter une galerie de dessins d'une de nos adhérentes, Liliane Padoy-Chevreau, reproduisant les panneaux sculptés des  boiseries de l'église de Saint-Jean-en-Royans.
Bien national à la révolution, elles ont été sauvées d'une probable destruction par la commune de Saint-Jean-en-Royans et installées dans l'église paroissiale.
Cet ensemble original et exceptionnel par la qualité des sculptures et leur état de conservation sont visibles aux heures d'ouverture de l'église. Elles font l'objet d'un commentaire audio automatique mis en route par un monnayeur (2 euros). Pour acquérir la brochure éditée spécialement par l'ARHA à l'occasion des cérémonies du tricentenaire se rendre sur la page Publications de ce site.

 

Ces panneaux ont été dessinés par Liliane Padoy-Chevreau àl'occasion du tricentenaire (1710-2010) de  la création de ces boiseries qui paraient à l'origine le choeur de l'église de la Chartreuse du Val Sainte Marie à Bouvante. 

Ces panneaux ont été dessinés par Liliane Padoy-Chevreau, de Sainte-Eulalie, membre de l'ARHA, à l'occasion du tricentenaire (1710-2010) de  la création de ces boiseries qui paraient à l'origine le choeur de l'église de la Chartreuse du Val Sainte Marie à Bouvante. 


3. Le petit patrimoine du Royans.

Nos équipes répertorient des vestiges patrimoniaux intéressants dans nos différents villages: lavoirs, petits édifices religieux, marques géophisiques, panneaux indicateurs....


Contact

ROYANS D'HIER ET D'AUJOURD'HUI

Mairie
Saint-Jean-en-Royans
26190


0677633518 ou 0645148413


le pont forestier ou du cholet de nos jours (photo CM)

Intérieur du tunnel dit des Moines percé à l'occasion de la construction de la route forestière impériale (1805-1807) (photo CM)

route forestière: restes de pavage (photo R. Holyst)

chamois à proximité de l'ancienne route forestière (photo CM)

mur de soutènement (photo CM)


Historique de nos activités

 

(pour voir les photos de nos activités récentes cliquer sur PHOTOS ci-contre)

Dans le domaine des études et des recherches et à l'occasion des Journées Patrimoine, 

l'association a présenté :

- en 2008 : une exposition sur le Tram de Bourg-de-Péage à Pont-en-Royans

- en 2009 : une conférence sur les grands murs d'Ambel et de Font d'Urle

- en 2010 : un livret sur le tricentenaire (1710-2010) des boiseries de l'église de Saint-Jean-en-Royans

- en 2011 : une exposition sur Combe Laval, la réalisation d'une maquette, celle d'un film et d'une brochure

- en 2012 : le Petit Patrimoine de villages du Royans (Saint-Jean, Saint-Laurent, Bouvante, Oriol-en-Royans) avec réalisation de dépliants illustrés

- en 2013 : les Ecoles de la Troisième République (les bataillons scolaires) et le recensement des maisons ayant servi d'école

- en 2014 : une exposition sur la guerre de 14/18 dans le Royans. 

- en 2015 : une exposition sur Combe Laval pour proposer un aménagement pietonnier de Combe Laval (recensements des points remarquables, accès à la résurgence du Cholet, circuits fléchés...). 

Royans d'Hier et d'Aujourd'hui participe également aux manifestations organisées par le Parc, la Communauté des Communes, les Communes, les Bibliothèques les Ecoles ...

 


DERNIERES ACTIVITES

 
Journées patrimoine 2015  

 

Exposition CHEMINEMENTS ET DECOUVERTES DANS COMBE LAVAL

- du 15 au 25 septembre 2015 à l'Office de Tourisme de Saint-Nazaire-en-Royans (espace Royans-Vercors)

- du 28 septembre au 29 octobre 2015 à l'Office de Tourisme de Saint-Jean-en-Royans

Ce thème a été choisi pour attirer l'attention des édiles et des pouvoirs publics sur l'intérêt et la nécessité d'ouvrir la Combe aus randonneurs, promeneurs, amoureux de la nature.

 

 


 

Journées patrimoine 2014  

Exposition sur la guerre de 14-18 dans le Royans, du 17 septembre au 3 octobre 2014 à l'Office de Tourisme de Saint-Jean-en-Royans  

 Ce thème a été choisi à l'occasion du centenaire de la déclaration de guerre de 1914 développé

 en association avec la bibliothèque de Saint-Jean-en Royans. 
 
Nous avons mis en exergue, sur 19 tableaux, la vie à l'arrière dans le Royans, le rôle des femmes et, dans le cadre de la mémoire des hommes, le parcours des hommes du canton qui ont été mobilisés.
Des registres, listant tous les mobilisés, ont également été mis à la disposition du public.
Enfin, ont été exposés de nombreux objets se rapportant à la vie militaire de nos soldat et à la vie à l'arrière. 
Près de 400 personnes ont visité notre exposition (dont quatre classes d'écoles de Saint-Jean, Saint-Laurent et d'Oriol-en-Royans)
 
 
 

Dernières participations

1. Forum généalogie de l'EGDA (Etudes Généalogiques de la Drôme Association)  le 5 octobre 2014

à la salle des fêtes de Saint-Laurent

  

2. Au délà de son exposition 14-18, l'ARHA a poursuivi, en novembre 2014, ses manifestations de célébration du centenaire de la déclaration de guerre dans deux écoles, Pont-en-Royans et Assieu.C'est sur leur demande que notre adhérent Max Thibert est intervenu (voir page accueil)